Ditsch élargit l’intégration verticale et la collaboration transatlantique

Les 16 lignes de production de Valora en Allemagne, aux États-Unis et en Suisse ont produit environ 600 millions de bretzels en 2020. En particulier, la coopération entre les sites de production d’Oranienbaum et de Cincinnati a été élargie.

Les deux sites de production de Ditsch à Oranienbaum et Cincinnati travaillent à présent en collaboration rapprochée afin de tester de nouveaux produits sur les marchés respectifs. De plus, Valora pourrait renforcer l’intégration verticale de son groupe grâce à l’élargissement de l’internalisation pour les produits de BackWerk.


L’intégration verticale revêt une grande importance au sein du groupe Valora. Dans ce domaine, Ditsch apporte une contribution de taille. En plus de ses propres filiales et de grands distributeurs tels que des boulangeries ou des hôtels dans 30 pays, la boulangerie traditionnelle livre également ses produits aux formats de Food Service de Valora que sont Brezelkönig et BackWerk ainsi qu’aux magasins de détail ServiceStore DB, U Store et avec.

Depuis 1919: Ditsch est le spécialiste des produits saumurés.

Au cours des derniers mois, Ditsch a de nouveau fait progresser l’intégration verticale du groupe en identifiant des produits supplémentaires qu’elle peut préparer pour BackWerk. Björn Tiemann, responsable de la distribution mondiale chez Ditsch, explique: «Nous avons examiné à la loupe la totalité de la gamme du groupe Valora et nous nous sommes demandé quels produits nous pourrions fabriquer nous-mêmes et quelles quantités nous souhaiterions produire.»

Dans ce contexte, il est intéressant de remarquer que l’an dernier, l’internalisation a dépassé pour la première fois la production de produits de boulangerie saumurés pour s’étendre aux croissants à la saumure. «Nous parlons ici de spécialités telles que les croissants garnis», explique Sebastian Gooding, directeur de Ditsch. «Ainsi, nous restons fidèles à notre compétence de longue date en matière de production et à notre stratégie qualitative».

Ditsch Allemagne a expédié pour la première fois l’été dernier des petits pains pour burgers et hot-dogs à l’attention des détaillants américains.

Petits pains pour burgers et hot-dogs pour les États-Unis

En plus de l’intégration verticale élargie, Ditsch a intensifié la collaboration entre les deux sites de production d’Oranienbaum et de Cincinnati. Ainsi, Ditsch Allemagne a expédié pour la première fois l’été dernier 14 conteneurs remplis de petits pains pour burgers et hot-dogs à l’attention des détaillants américains. Depuis, les burgers et petits pains traversent l’Atlantique toutes les quatre semaines pour répondre à la demande élevée.

«L’approfondissement de la collaboration transatlantique fonctionne à merveille afin de tester la demande d’une sélection de produits sur le marché respectif», déclare Sebastian Gooding. «Si les produits se vendent bien, Ditsch peut alors décider s’il est judicieux de les produire sur place, aux États-Unis comme en Allemagne.» Le prochain objectif de la collaboration transatlantique consistera à livrer vers l’Allemagne des «Pretzel Bites» (bouchées à la saumure) des États-Unis en vue de leur commercialisation.

«Au cours des derniers mois, nous nous sommes surtout attelés à l’adaptation des recettes de Pretzel Bites afin qu’ils soient autorisés en Europe. En effet, les produits alimentaires sont soumis à d’autres directives en Europe qu’aux États-Unis», explique Björn Tiemann. Si tout se passe comme prévu et que les questions logistiques peuvent être réglées, les clients allemands devraient donc bientôt pouvoir déguster de nouveaux produits Ditsch.

Flexible grâce à des lignes de production personnelles

Depuis l’arrivée de Ditsch sur le marché américain, celui-ci s’est fortement développé de manière générale – en ce qui concerne la quantité, mais surtout via le prix, comme le sait Sebastian Gooding. Ce dernier est convaincu: «Cela prouve que les Américains savent apprécier la qualité de Ditsch et sont également prêts à payer plus pour celle-ci.» Au cours des dernières années, Ditsch a investi dans de nouvelles lignes de production à Cincinnati, afin de pouvoir répondre à la demande croissante. La deuxième de ces deux lignes a été mise en service au premier trimestre 2020.

Cette nouvelle ligne de production aux États-Unis est arrivée à point nommé durant la crise de coronavirus: en raison de la pandémie, tous les détaillants ont subitement été forcés d’emballer leurs articles de boulangerie. Grâce à ses investissements, Ditsch a pu emballer les produits en quantités adaptées aux consommateurs pour les détaillants.

Des solutions ont également été trouvées en Allemagne afin d’utiliser de manière judicieuse les 13 lignes de production de Mayence et Oranienbaum malgré la baisse de la demande dans le domaine des Food Services. «Nous avons par exemple adapté certains produits à la vente de détail et lancé de nouvelles créations de produits sur le marché – comme les bretzels à griller garnis de beurre à l’ail ou aux fines herbes», explique Björn Tiemann. Grâce à la flexibilité d’utilisation de ses propres lignes de production, Ditsch est parvenu à amortir une partie de la baisse de la demande en 2020.

Pretzel Bites: Bientôt disponible en Allemagne.

Faire progresser les collaborateurs

La verticalisation grandissante, la transformation flexible de l’utilisation des lignes de production et l’éventuel élargissement de la gamme sur les différents marchés placent Ditsch face à un défi auquel il se consacre activement depuis le début de l’année dernière: l’organisation doit être efficace tout au long de la chaîne d’approvisionnement et répondre aux différentes commandes et aux souhaits des clients. Cela requiert d’une part une planification extrêmement pointue, d’autre part le respect de normes qualitatives et sécuritaires élevées.

Pour y parvenir, des collaborateurs bien formés sont indispensables. Ditsch a donc décidé de miser sur un programme de formation interne. Celui-ci permet à une sélection de collaborateurs d’évoluer grâce à un apprentissage en ligne et des séances de training-on-the-job pour passer d’auxiliaires de production à opérateurs de ligne voire chefs de ligne. Un cycle de formation complet s’étend sur 20 semaines.

L’objectif de la formation est d’augmenter la stabilité et l’efficacité de la production grâce à un personnel bien qualifié et de réduire ainsi les coûts. De plus, il s’agit bien entendu également de garantir la qualité des produits de boulangerie saumurés haut de gamme. «Depuis l’introduction du programme, 15 de nos collaborateurs ont déjà achevé la formation. Et Ditsch se réjouit d’ores et déjà à la perspective d’accompagner d’autres collaborateurs sur cette voie», déclare Sebastian Gooding.


Photos: Noë Flum, Ditsch / Vidéo: QVC.